Déployés dans l’obscurité et un épais brouillard de fumée, de grands polygones noirs sont rendus visibles par à coups grâce à un dispositif lumineux s’allumant aléatoirement. Le spectateur est libre de déambuler dans cet espace déconstruit et à en appréhender les différents aspects au gré de sa visite. Un point de fuite unique permet de “reconstruire” l’oeuvre anamorphosée grâce à un capteur de présence.

Le dispositif scénographique de SHAPE, de par sa binarité, trouble la perception du spectateur, qui perçoit tantôt une forme pleine, tantôt une forme éclatée.

 

1464040914