Recherche

Julie Miguirditchian

Directrice Artistique

Catégorie

Références Commerciales

URBAN LETTERS DU GRAFFITI RESEARCH LAB / PROJET REALISE POUR LA PLATEFORME RADAR / DESPERADOS JUILLET 2016 – JANVIER 2017

desktopAu cours de l’été 2016, la plateforme RADAR a proposé au GRL[fr], par l’entremise de Julie Miguirditchian, d’imaginer un projet collaboratif à l’échelle urbaine à la croisée du street art et de la culture maker.

De cette rencontre est né le projet « Urban Letters » : Un Alphabet collaboratif composé d’éléments visuels collectés dans la ville.

Cette proposition invite les membres de la communauté RADAR à explorer et observer la ville sous un angle différent. L’idée étant d’extraire sous forme photographique des éléments d’architecture, des signaux, des formes diverses, … afin de constituer un alphabet urbain.

https://www.radar.st/urban-letters-alphabet

Ces éléments, soumis par le biais des réseaux sociaux Twitter et Instagram, sont fédérés, convertis sous forme de fichiers vectorisés et viennent enrichir un alphabet hétéroclite, disponible en ligne sur la plateforme RADAR.

 

a-morgane.gifb-bandit.gif

c-flo.gifd-kingp.gif

screen-shot-2017-02-27-at-10-1400x1066.png

A cette fin, les membres du GRL[fr] imaginent et conçoivent des outils permettant de capturer, d’isoler et d’extraire des éléments visuels repérés dans la ville pour ensuite les exploiter sous forme de lettres et les restituer sous des formes variées dans l’environnement urbain.

De cette première initiative ont découlé divers projets impliquant la communauté RADAR.

Deux workshops, accueillis dans les locaux de l’Atelier Draft, ont eu lieu dans le cadre du partenariat avec RADAR. L’objectif de ces deux workshops étant de fabriquer ou d’utiliser les outils DIY mis au point par le GRL[fr].

 Exploration Urbaine Workshop #1

15578190-396137937385904-2743793648790967963-o-1400x905.jpg

Une quinzaine de participants ont eu l’opportunité, lors de ce workshop, d’assembler et de customiser un appareil photo DIY conçu par le GRL[fr].

Au programme : soudure de composants électroniques, découpe et gravure laser, puis assemblage de l’appareil.

Munis de ces appareils, les participants ont alors pu partir à la chasse aux lettres en vue d’enrichir l’alphabet.

15578115-396137190719312-3940304323731572945-o-2000x1333.jpg15493601-396136997385998-3362966229929625492-o-2000x1333.jpg15540745-396137064052658-1384414084229466353-o-2000x1333.jpg15578115-396137190719312-3940304323731572945-o-2000x1333.jpg15541009-396137104052654-6767039206472983089-o-2000x1333.jpg15585139-396136877386010-2244564335650647348-o-2000x1333.jpg15675923-396137970719234-399609146576135843-o-2000x1333.jpg15493629-396136870719344-5666053972259367425-o-2000x1333.jpg

Letters Projecteur Workshop #2

Un mois plus tard, l’alphabet communautaire comportant alors une variété plus que suffisante de lettres, un second workshop a rassemblé une fois encore une quinzaine de personnes.

16300518-416139555385742-3224571196367141272-o-2000x1333.jpgL’objectif étant cette fois de choisir des mots pour former la base d’un cadavre exquis.

Ces mots furent imprimés sous forme de diapositives à l’aide d’un logiciel conçu pour utiliser l’alphabet.

Ils ont ensuite été restitués dans la ville, durant une balade nocturne, à l’aide de projecteurs portatifs DIY, imaginés, fabriqués et assemblés au préalable par le GRL[fr]

img-1-2000x1333.jpg16422412-416139768719054-3956601664315562497-o-2000x1333.jpg20170128-1-2000x1333.jpgimg-3-2000x1333.jpgimg-5-2000x1333.jpg16402592-416140352052329-1281990676589222480-o-2000x1333.jpgyo-2000x1333.jpg32016085830-424b822979-o-2000x1500.jpg

HUMAN ENERGY de Yann Toma. Tour Eiffel. Cop 21. Décembre 2015

Créée par l’artiste Yann Toma, sur une scénographie et un design de l’agence ARTEL, HUMAN ENERGY est la plus grande œuvre d’art participative jamais réalisée.

Mission : Direction artistique

image

Du 5 au 12 Décembre, la Tour Eiffel est devenue le signal de l’engagement artistique pour le changement climatique. L’artiste a invité les 75 millions de sportifs connectés à l’application Runtastic à donner leur propre énergie (calories) pour cette œuvre. Parallèlement, les chercheurs en mathématique de Dolfins Project  ont permis de recycler tous les tweets réalisés pendant la COP21 puis de les dissocier en énergie positive et énergie négative : l’énergie positive a été retenue par l’artiste. Les deux types d’activités (sportives + cérébrales) ont permis d’alimenter directement le grand compteur de HUMAN ENERGY qui était disposé au premier étage de la Tour EIffel. Parallèlement à la comptabilisation mesurée en EA (Unités d’Energie Artistique), des mots emblématiques étaient affichés également, notamment le fameux « 1.5 DEGREES » qui a été repris dans le monde entier  Cette oeuvre d’art monumentale a été labellisée COP21.

he

À l’origine, HUMAN ENERGY devait transformer chaque jour de 10h à minuit la Tour Eiffel en un générateur humain monumental diffusant l’énergie produite (Watt) sur place par près de 20 000 personnes par jour, ainsi que de l’Énergie Artistique en faveur de la révolution climatique. Chacun aurait du être invité à danser au son de sélections musicales conçues spécialement pour l’évènement, à pédaler sur des vélos générateurs d’énergie, à regarder des vidéos d’artistes et des films, à participer à des ateliers de fabrication et à des débats sur le rôle de l’art comme force motrice pour lutter contre le réchauffement climatique. Cela aurait du être une gigantesque batterie humaine, un village auto-suffisant énergétiquement avec terrains de sport, de vélo et de danse, salles d’exposition et fablabs sur art, design et environnement. Ce village aurait du s’animer grâce à VOUS! Des dizaines de milliers de visiteurs, incluant les leaders mondiaux, qui devaient participer à l’installation et des centaines de milliers d’autres qui devaient se connecter grâce à l’application HUMAN ENERGY. Le drame du 13 novembre en a décidé autrement mais a plus que jamais renforcé notre détermination.

Cet événement a fait partie en 2015 de la programmation culturelle officielle de la Ville de Paris pour la COP21. Production : Les Amis de Ouest-Lumière. Partenaires: SETE, Toits vivants, Sport-Santé (FFEPGV), JCDecaux, Infoclip, EPITA, Eolie, Evesa, CAPSA, Layher, Rockwool, EY, la région Ile-de-France.

SFR Player. Paris

Client : SFR
Agence : Prodeo
Production : Digitalarti
Lieu : Studio et Appart SFR. Paris 8ème
Dates : 16 novembre – 2 décembre 2010 

Mission : Conception éditoriale, Programmation des installations et innovations  & Direction de production 

worth

Véritable temps fort annuel des mondes numériques, SFR PLAYER proposait à ses publics de se synchroniser avec les dernières innovations et technologies émergentes qui changeront leur vie numérique demain.

Du 16 novembre au 2 décembre, cette nouvelle édition de l’événement proposait de découvrir et prendre en main des innovations dans de nombreux univers : internet, applications, écrans, objets connectés et design interactif.

Sur 300 m2, SFR PLAYER proposait, dans le cadre exceptionnel de l’Appart SFR , de participer à une trentaine d’expériences. Autour de 3 thématiques : interaction, perception, transmission, le visiteur découvrit de nombreuses innovations d’aujourd’hui et demain. SFR proposait un point de vue plus large des mondes numériques.

Une sélection, réalisée par Julie Miguirditchian pour le compte de Digitalarti, d’œuvres d’art numériques interactives, de design interactif et d’objets connectés, présentés pour la plupart en exclusivité, venaient ponctuer la visite.

Au programme :

  • Des installations intéractives internationales : Messa di voce de Golan Levin, les expériences sonores et planétaires de Locus Sonus, Shadow Monster de Philip Worthington
  • Un bar à appli
  • Des conférences et workshops jeune public
  • Des innovations et sélection d’objets connectés

c6409d36-9e72-4b82-8d4e-2062131e5e14

 

 

 

 

Production Art numérique & Espace public. Centre commercial Muse. Metz

pc6-metz_vue-01_place-new_13-10-11Production : Digitalarti
Commissariat d’exposition et direction de production : Julie Miguirditchian
Commanditaire : Apsys
Livraison : Octobre 2017

Plus d’une quinzaine d’œuvres pérennes accompagnées de nombreuses innovations, seront produites puis installées entre 2015 et 2017 dans l’enceinte du futur centre commercial Muse,  réalisé par l’architecte Jean Paul Viguier.

Situé en face du Centre Pompidou Metz, Muse adopte un positionnement artistique unique en faisant de son établissement un espace multi sensoriel, dynamique et sensible, pensé comme une véritable extension naturelle du centre Georges Pompidou.

WATER LIGHT GRAFFITI RG LAB DE ROLAND GARROS

 10073218203_ae07c6a8a1_c

Production : Julie Miguirditchian & SARL Ethique Etc…
Co-production Water light graffiti : Art2M
Artiste : Antonin Fourneau

Le RG Lab est un espace de divertissement où sont présentées les innovations digitales du tennis. Situé à l’entrée du court Suzanne-Lenglen, il est un passage incontournable pour tous les amateurs de tennis friand de nouvelles technologies et à la recherche de nouvelles expériences sensorielles.

En renouvelant son partenariat avec l’agence Auditoire sur cette nouvelle édition de Roland Garros, Julie Miguirditchian continuede promouvoir et de diffuser la création numérique auprès du grand public en dehors des circuits traditionnels liés à l’art et à la culture.

Scénographie artistique pour le festival Marsatac

Présentation de deux Installations scénographiques du collectif Visual System dans le cadre du Festival Marsatac  à la Friche de la Belle de Mai (Marseille).

Commissariat artistique : Julie Miguirditchian

 

Références Juin 2011 : Exposition Immersions Digitales. Groupe Accenture. Du 7 au 9 Juin 2011.Paris 13ème.

Mission : Commissariat d’exposition, conception et coordination Générale : Julie Miguirditchian

Production : Digitalarti
Lieu : Happenspace. Tour Accenture 
Client : Accenture 
Agence : Elan

image

Artistes exposés : Lab-au, Electronic Shadow, Mehmet Akten, Reynald Drouhin, Samuel Bianchini, Grégory Chatonsky, Scenocosme, Stéfane Perraud, Selma Lepart

Cette exposition a été conçue autour de la thématique du lien, entre l’humain et la machine, entre réel et virtuel.

Les œuvres sélectionnées reflètent la diversité de l’art numérique : œuvres sur écran mais aussi installations, sculptures digitales lumineuses, nanotechnologies, installations sonores, stéréo-lithographies, tirages numériques, dispositifs génératifs …

Parmi les œuvres retenues, françaises et internationales, nombre d’entre elles sont des œuvres jamais montrées en France, que nous avons choisies pour leur qualité artistique, leurs nouveaux usages des technologies et leur capacité d’innovation.

Le titre « Immersions digitales » met l’accent sur le sensoriel et le principe de l’Happen Space comme lieu de découverte et d’expérimentation.

Ces créations collaboratives, participatives, interactives, présentées dans l’Happen Space, prennent également vie sur le réseau (Internet, Twitter).

De simple spectateur d’une aventure technologique, nous sommes passés au rang de spectateur/acteur, utilisateur d’une œuvre que nous contribuons à activer. Ce changement de statut influence les productions actuelles les plus novatrices qui établissent avec le public un nouveau type de lien.

Cette manifestation permet de commencer à décrypter ce domaine reliant art et science, d’interagir avec ces environnements créatifs, de partager les visions de ces artistes à la fois experts et critiques des nouvelles technologies, qui explorent les connexions possibles au présent ou au futur.

Pour nous, ces créateurs numériques sont une source d’inspiration, en évolution constante, qui incitent à l’innovation et à la performance. A travers cet événement, nous espérons vous avoir donné envie de poursuivre la découverte de l’art numérique…

accenture-2011

RGLAB DE ROLAND GARROS.

Mission : Sélection des installations intéractives & Suivi de production
Client : Fédération Française de Tennis
Lieu : RGLAB de Roland Garros
Dates : 24 Mai au 08 Juin 2014
Agence : Auditoire
Production : Julie Miguirditchian pour Art2M

WATER LIGHT GRAFFITI

Artiste : Antonin Fourneau
Technologie : Mur de LEDs, réactif au contact de l’eau

Water Light Graffiti est une installation interactive sous forme d’un mur composé d’une multitude de LEDs qui s’illuminent lorsque leur surface est en contact avec de l’eau. On peut donc dessiner ou écrire avec un pinceau, une éponge, un pistolet à eau, un brumisateur. C’est la quantité d’eau déposée qui détermine la brillance : plus il y a d’eau, plus la luminosité est intense. Une fois l’eau évaporée, les LEDs s’éteignent pour laisser à nouveau un espace libre.

Water Light graffiti est une surface innovante qui propose une autre approche de la pratique du graffiti, du dessin, de l’écriture en laissant libre cours à son imagination lumineuse. Ce dispositif offre une nouvelle forme d’expression et d’interactivité dans l’espace urbain et une expérience nouvelle adaptée à tous publics, toutes sensibilités confondues.

RG 180°
Artiste : Collectif Alike

RG 180° est une installation interactive permettant de capturer un point de tennis entre deux joueurs sur 180°. Les spectateurs peuvent ensuite explorer sous tous les angles, au gré de leur curiosité, cette scène photographique en se déplaçant naturellement devant l’écran. Afin de prolonger l’expérience, les participants peuvent retrouver les contenus capturés sur internet sous la forme de mini vidéos, une sélection des meilleurs points sera relayée sur les réseaux sociaux.

Alike est un studio de design d’interaction, créateur des premières œuvres en photographie interactive.

 

 

Exposition D-light. Evènement Immersions Digitales N°3. Groupe Accenture. Paris

Commissariat & Direction de production : Julie Miguirditchian

D-light propose de découvrir œuvres et design innovant autour de la thématique de la lumière : interactivité, immersion au cœur d’un dispositif esthétique et sensoriel, performance et disruptivité sont les concepts qui portent cette programmation.

copyrightquentin1

La lumière fait naître le visible et structure la perception en révélant le tracé et les formes de la matière, des objets et de l’espace dans lequel ils s’inscrivent. Inspirant de tout temps les artistes, elle a souvent été détournée en objet d’étude, sujet d’observation, médium à manipuler ou matière à travailler… Désormais élément incontournable de la création artistique contemporaine et numérique, la lumière est un champ d’expérimentation qui s’élargit et se renouvelle sans cesse au gré des innovations technologiques.

Dans l’exposition D-light, les artistes explorent les propriétés matérielles et immatérielles, physiques et spatiales d’une lumière re-créée. Souvent conçus en collaboration avec des ingénieurs ou scientifiques, leurs dispositifs concourent à des expériences, visuelles et physiques, qui mobilisent et stimulent nos sens (son, toucher, vue) en se combinant avec le mouvement afin de proposer de nouvelles spatialités. L’exposition D-light a été pensée comme une proposition artistique innovante invitant non seulement le visiteur à découvrir et visualiser l’imperceptible et l’invisible, mais aussi à toucher et à peindre lui-même avec la lumière.

Dates : 3 -8 Juin 2013.

Parmi les artistes invités : Laurent Bolognini, François Brument, Antonin Fourneau, Dmitry Gelfand & Evelina Domnitch, Bertrand Lamarche, Vincent Leroy, Stefane Perraud, Yann Toma, Elektric Mondays, Félicie d’Estiennes d’Orves, Lab-au, Olivier Ratsi, Eric Michel.

 


Presse : 

L’immersion digitale & lumineuse d’Accenture

Vidéo :

 

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑